Santé : les fournitures scolaires contiennent des substances dangereuses

411,56 EUROS
L'Allocation de Rentrée Scolaire (ARS) est d'un maximum de 411,56
euros en 2022.

L’année scolaire 2021-2022 touche à sa fin, et bientôt les parents devront composer avec les célèbres et très craintes listes pour les cours qui commencent en septembre 2022. Si les prix, en forte hausse, vont sans aucun doute les inquiéter, l’ANSES ne les aide pas en lançant une alerte sur la présence de produits dangereux dans les outils utilisés au quotidien par des millions de Français.

Fournitures scolaires : remplies de produits dangereux pour la santé ?

Si elles ne sont pas utilisées que sur les bancs de l’école, puisque l’alerte concerne tout simplement stylos, feutres ou encore cahiers, c’est au niveau des enfants que l’inquiétude est la plus grande. Mais les adultes, en cours, à la maison ou encore au bureau, y sont également exposés : des substances dangereuses sont utilisées dans la fabrication des fournitures scolaires et de bureau.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a analysé les études menées par des associations de consommateurs ou encore l’Ademe pour dévoiler les substances dangereuses identifiées dans ces produits du quotidien. Le 6 juillet 2022, elle en donne la liste : phtalates, les composés organiques volatiles (COV) dont le formaldéhyde, le chloroforme, le toluène, nitrosamines, benzène, métaux lourds comme le chrome hexavalent, le cadmium, le nickel ou le plomb, perfluorés (PFAS), colorants, bisphénol A, isothiazolinones et autres conservateurs, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), substances parfumantes.

Une réglementation laxiste que l’Anses aimerait renforcée

Ce qui inquiète l’Anses est l’exposition au quotidien des enfants à ces produits dangereux, d’autant plus que les plus jeunes ont tendance à mâchouiller ou à jouer avec leurs fournitures. Ce que les adultes font beaucoup moins. Or, souligne l’Agence, « ni en France ni en Europe, les fournitures scolaires ne relèvent d’une réglementation spécifique permettant d’encadrer leur composition, leur fabrication ou leur utilisation pour s’assurer de leur innocuité ».

La réglementation est donc laxiste, alors qu’elle est très sévère pour d’autres produits, notamment les jouets. Ces derniers doivent répondre à la réglementation européenne n°2009/48/CE qui interdit que soient présentes dans les jouets des « substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) ».

L’Anses propose donc que la même réglementation s’applique aux fournitures de bureau et autres produits du quotidien sur les bancs de l’école.

Bien choisir ses fournitures : le conseil de l’Anses

Si l’Agence demande « aux fabricants et distributeurs de supprimer certaines substances ou familles de substances parfumantes indépendamment des évolutions réglementaires », elle conseille aux parents de faire attention lors de leurs achats.

Céline Dubois, coordinatrice de l’expertise publiée le 6 juillet 2022 par l’Anses, commente : «  En attendant la mise en place d’une telle évolution réglementaire, je conseillerais aux consommateurs de privilégier les fournitures ne contenant ni substances parfumantes, ni paillettes ou autre artifice pouvant induire des comportements détournés par les enfants, tels que le « machouillage », voire l’ingestion ».

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio