Le Qatar mise sur la santé pour séduire les Occidentaux

300.000
Au Qatar, sur les 2,5 millions d'habitants que compte la Péninsule,
300.000 seulement ont la nationalité qatarienne.

C’est un nouveau projet à la hauteur des ambitions du Qatar qui vient de prendre forme à Doha, après dix ans de travaux. Le gigantesque et ultra-moderne centre médical et de recherches Sidra, dédié aux femmes et aux enfants, a été inauguré le 12 novembre par la mère de l’Émir actuel, Mozah bint Nasser Al Missned, présidente de la Fondation du Qatar (QF), lors d’un véritable show à l’américaine.

Le Qatar est le nouvel Eldorado pour les expatriés. Il faut dire que ce pays, l'un des plus riches du Golfe, sait mettre en avant ses nombreux atouts pour séduire les Occidentaux, notamment des salaires attractifs et une fiscalité nulle.  

Un projet ambitieux qui a su attirer des spécialistes du monde entier

Créé à l’initiative de la Fondation du Qatar, fondée par l’Émir Al Thani, père de l’actuel Émir du Qatar, l’établissement SIDRA MEDICINE souhaite donner aux femmes et enfants de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) un accès aux soins, aux dernières innovations ainsi qu’à l’expertise d’une équipe internationale de spécialistes. Son ambition ? Devenir le meilleur centre pédiatrique de toute cette région du monde, mais pas uniquement... Le projet du Qatar est d’attirer les patients du monde entier. 

50 cliniques et services, plus de 2.350 professionnels de santé, 400 lits pour 400 chambres individuelles, bâtiments flambants neufs, équipements dernier-cri… Au-delà de la modernité des infrastructures, à l’image de ce qui existe dans les meilleurs établissements de santé en Occident, le Qatar a misé sur la qualité de l’équipe médicale et de l’attention apportée aux familles. Des médecins et chercheurs reconnus, venus de 90 pays à travers le monde, ont accepté ce nouveau défi, en participant à ce projet et en apportant leurs compétences. 

Les patients du Qatar et de la région ont désormais accès à un équipement de pointe et à une équipe internationale d’experts, capables d’exécuter les interventions chirurgicales les plus complexes au Qatar, éliminant ainsi la nécessité de se rendre à l’étranger pour se faire soigner. Pas de nouveautés technologiques en tant que telles, mais des équipements ultra-modernes en abondance.  

Ces professionnels sont venus agrandir la population d’expatriés installés au Qatar, l’un des plus riches pays du Golfe : le Qatar compte 300.000 nationaux seulement sur ses 2,5 millions d’habitants. Ce nouvel Eldorado pour les expatriés, parfois venus en célibat géographique, sait attirer les jeunes diplômés et professionnels souhaitant débuter ou enrichir leur carrière, par des salaires attractifs et une fiscalité nulle sur les revenus.  

Un nouveau hub de santé de haute technologie médicale pour l’ensemble des pays du Golfe

Dans ce centre ouvert depuis moins d'un an, après dix ans de travaux, les équipes de médecins ont déjà pu réaliser des interventions complexes au sein de la clinique, comme une séparation in utero de jumeaux reliés par l’abdomen ou encore des reconstructions plastiques très complexes sur des enfants atteints de tumeurs à la tête, au cou ou à la gorge.

L'une des missions du centre est la prise en charge des maladies et malformations cardiaques, qui toucheraient 1% des nouveau-nés, selon le docteur Hijazi, professeur de pédiatrie et de médecine, chef du département de pédiatrie et directeur du programme de cardiologie, et médecin principal du bureau international. Une intervention chirurgicale à cœur ouvert a été réalisée avec succès par le Dr français Olivier Ghez, qui dirige l’unité de cardiologie depuis son ouverture en juillet 2017, accompagné d’une équipe multidisciplinaire de 10 professionnels, sur un petit patient de trois ans, chez qui on a diagnostiqué une anomalie se manifestant par un trou dans le cœur. Prochaine étape ? L’activation de leur programme de transplantations cardiaques sur les enfants, d’ici deux mois.  

Ce pôle de haute technologie médicale, ayant vocation à devenir un hub de santé pour l’ensemble des pays du Golfe et de la région MENA, est également doté d’un tout nouveau pôle de recherches, qui bénéficie là encore des équipements les plus récents. Le but est de créer un réservoir de savoirs sur les maladies spécifiques à cette région du monde, sur les nouvelles maladies et leurs mutations, afin de permettre un diagnostic approfondi pour une meilleure prise en charge de la maladie. Le centre Sidra propose enfin une formation médicale continue (CME) et un développement professionnel continu (CPD) à tous les professionnels de santé agréés.  

Retrouvez ici l'interview du docteur Olivier Ghez, chef du service cardiologie du SIDRA MEDICINE de Doha.

Aurélie Giraud

Aurélie Giraud, juriste de formation, titulaire d'une maîtrise de droit public (Sorbonne, Paris I), est journaliste à Economie Matin, après avoir travaillé comme correctrice et éditrice sur de nombreux manuscrits de livres, dont ceux de son mari, Jean-Baptiste Giraud, puis secrétaire de rédaction.