Pour YouTube, le nombre de vues passe avant l'éthique

25 million de dollars
En 2018, YouTube a subventionné les médias traditionnels créant des
contenus vidéo à hauteur de 25 million de dollars.

Selon Bloomberg, dont le journaliste Mark Bergen s’est entretenu avec une vingtaine de salariés actuels et anciens de YouTube, le management de cette filiale de Google choisit consciemment de ne pas s’attaquer au problème des vidéos choquantes et trompeuses par crainte de faire chuter le nombre de vues.

YouTube : le nombre de vidéos sur des théories du complot ne diminue pas

Longtemps laissée sans surveillance, la croissance exponentielle de YouTube a eu un revers peu reluisant : la plateforme regorge de vidéos relevant de théories de complot. Si vous souhaitez en trouver sur la soi-disant appartenance de Hilary Clinton à un culte satanique, le fait que le gouvernement américain était derrière les attentats du 11 septembre, la dangerosité de la vaccination ou encore sur le fait que les Américains n’aient jamais mis les pieds sur la Lune, YouTube saura satisfaire votre curiosité.

Si la présence de telles vidéos sur la plateforme n’a jamais été un secret pour personne, leur persistance, voire leur multiplication à une époque où les effectifs de YouTube dédiés à la modération sont à leur plus haut historique et où l’intelligence artificielle a fait des progrès remarquables, interroge à juste titre. S’étant entretenu avec une vingtaine de salariés actuels de YouTube, ainsi que ceux ayant quitté l’entreprise il y a peu, Mark Bergen, journaliste à Bloomberg, constate qu’au fil des ans, le problème a été laissé à l’abandon au nom de la croissance du nombre de vues.

Pour YouTube, votre attention, c’est de la monnaie sonnante et trébuchante

Et cela se comprend facilement : YouTube, dont le chiffre d’affaires 2018 a atteint 16 milliards de dollars, tire l’ensemble de ses revenus des publicités que vous regardez avant les vidéos. Tout comme pour Facebook et Twitter, votre attention est donc capitale pour ses résultats financiers.

En même temps, il serait faux de nier que YouTube n’avance pas de solutions. S’exprimant lors de l’édition 2018 de la conférence South by Southwest, Diane Wojcicki, la PDG de YouTube, a annoncé qu’en bas des vidéos remettant en question des faits établis, sa plateforme commencerait bientôt à afficher un encadré Wikipédia sur le sujet en question. Dans un commentaire écrit à Bloomberg, YouTube a par ailleurs rappelé avoir fait plus de 30 modifications à sa politique en matière de contenus au cours de l’année 2018.