Les vaccins à ARN n'affectent pas la qualité du sperme

70
La spermatogenèse dure environ 70 jours.

En analysant le sperme d’hommes volontaires avant et après les injections de vaccins, des médecins américains n’ont constaté aucune dégradation des paramètres spermatiques, bien au contraire.

L’effet sur la fertilité est l’une des causes de l’hésitation vaccinale

Des médecins du départements d’urologie de la faculté de médecine de Miami (États-Unis) ont effectués des recherches pour savoir si le vaccin à ARN messager n’altérait pas la santé du sperme. Ces professionnels ont constaté que « l'une des causes de l'hésitation vaccinale est l'effet négatif potentiel sur la fertilité ».

C’est l’un des éléments qui n’a pas été vérifié lors des premiers essais cliniques. Ils ont alors fait appel à 45 volontaires âgés de 28 ans en moyenne, sans antécédent de Covid-19, dont 21 ont reçu le vaccin Pfizer et 24 celui de Moderna. Ceux qui ont été sélectionnés n’avaient pas de problèmes de fertilité sous-jacent, à l’exception de huit candidats, qui étaient atteints d'une oligospermie (concentration en spermatozoïdes inférieure à 15 millions par millilitre de sperme).

Une étude sur un petit échantillon de spermes

En analysant le sperme des volontaires avant la première injection et environ 70 jours après la première injection, les médecins ont regardé le volume de sperme, ainsi que la concentration de spermatozoïdes et leur motilité, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé. Résultat, aucune dégradation des paramètres spermatiques, même chez les huit hommes atteints de l’oligospermie. Au contraire de légères augmentations ont été observées au niveau du sperme et de la motilité des spermatozoïdes.

Comme cette étude a été menée sur un petit effectif, elle ne peut pas faire figure d’enseignement, mais c’est une bonne nouvelle qui permettra peut-être de dissiper certaines craintes.