Tabac : les ventes de cigarettes poursuivent leur recul

1,5 %
En 2017, les ventes de cigarettes ont signé un nouveau recul de 1,5 %.

Les ventes de cigarettes ne cessent de se replier depuis 2009. L’année 2017 signe une nouvelle baisse de 1,5 %, avec 44,261 milliards de cigarettes vendues sur l’année contre 44,926 milliards en 2016, apprend-t-on du dernier Tableau de bord mensuel de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Les ventes de tabac à rouler ont reculé de 5,9 % en 2017

Les ventes de cigarettes ont augmenté de manière constante entre janvier et juin 2017, avant d’entamer une baisse dès le mois de novembre, et qui s’est poursuivie jusqu’en décembre 2017. Sur l’ensemble de l’année 2017, les ventes sont pourtant en recul de 1,5 % par rapport à 2016. Cette tendance à la baisse de la consommation (en termes d’unités vendues) est d’ailleurs stable depuis 2009. En 2017, les fumeurs ayant acheté les cigarettes de la marque la plus vendue les ont payées 7,05 euros le paquet en moyenne (+0,7 %), ceux ayant acheté la marque la moins chère ont payé leur paquet 6,36 euros en moyenne (-2,2 %).

Les ventes de tabac à rouler ont baissé de façon encore plus importante : -5,9 % sur l’année 2017, après une année 2016 stable. Cette baisse peut s’expliquer par une hausse spectaculaire du prix de ce produit. Sur l’année 2017, le prix de la marque la plus vendue a progressé de 16,5 %.

Aide à l’arrêt du tabac : les ventes de traitements en hausse de 28,5 %

Si les ventes de tabac ont baissé, celles de traitements d’aide à l’arrêt ont au contraire augmenté. Sur l’année, la progression a été de 28,5 %, après une hausse de 16,5 % en 2016.

L’effondrement des ventes de tabac en juillet 2017 (tant des cigarettes que du tabac à rouler) est probablement dû à l’annonce par le gouvernement d’une augmentation progressive et ambitieuse du prix du tabac. Mais ceci n’est qu’une supposition, étant donné que les chiffres des ventes mensuelles correspondent aux commandes que les buralistes et les officines de pharmacie passent auprès de leurs fournisseurs, un simple phénomène de stockage de leur part pouvant expliquer une commande plus importante sur tel ou tel mois.