Nouvelle-Zélande : un pas de plus vers une nation sans tabac

30 %
30% des femmes maories fument régulièrement.

Le gouvernement néo-zélandais souhaite prochainement interdire la consommation de tabac à toute personne née après 2004. Une mesure forte pour atteindre son objectif d'être une nation sans tabac d'ici 2025.

Nouvelle-Zélande nation sans tabac

La Nouvelle-Zélande a l'ambition de devenir la première nation sans tabac d'ici 2025. Pour atteindre cet ambitieux objectif, le gouvernement néo-zélandais serait en passe d'interdire la consommation de tabac à toute personne née après 2004, selon une information du quotidien britannique The Guardian.

Pour parvenir à l'objectif, la Nouvelle-Zélande réfléchit également à d'autres mesures qui progressivement devraient aboutir à l'interdiction pure et simple de la vente de tabac sur le territoire national. Ainsi, le gouvernement propose une augmentation progressive des prix du tabac et une hausse de l'âge légal pour fumer mais également une forte baisse du niveau de nicotine autorisé dans le tabac et la réduction du nombre de points de ventes autorisés.

Une forte lutte contre le tabagisme

La lutte contre le tabac en Nouvelle-Zélande s'inscrit dans une volonté de faire baisser le nombre de décès lié à la consommation de tabac. Un décès de cancer sur quatre est lié au Tabac et près de 500.000 Néo-Zélandais fument régulièrement. Le tabagisme touche essentiellement la communauté maorie chez qui le cancer est la principale cause de mort chez les femmes et la seconde chez les hommes.

Les propositions du gouvernement pour lutter contre le tabagisme sont majoritairement bien accueillies dans le pays. Lucy Elwood, la directrice générale de la Ligue du cancer, estime dans un communiqué que « cette proposition va au-delà d'aider les gens à cesser de fumer » et aura un véritable impact sur la réduction du nombre de cancers liés à la consommation de tabac. Cependant, certains estiment que ces propositions sont inquiétantes puisqu'elles vont entraîner une faillite des buralistes mais aussi un marché noir du tabac. De plus, certains voient la volonté du gouvernement comme une intrusion dans la vie privée des Néo-Zélandais.