La Suède, exemple d'efficacité sanitaire et économique de la démocratie

11 %
Bercy s'attend à une récession de 11% en France en 2020.

Les chiffres de l’OMS confirment que le confinement aveugle et autoritaire est une catastrophe. La Suède et les Pays -Bas constituent de bons exemples pour le démontrer.

En mai et juin, nous signalions dans plusieurs tribunes, sur économie-matin (1), que les pays qui n’ont pas confiné leurs peuples, affichaient des résultats sanitaires globaux et des prévisions économiques bien meilleures que les nôtres.

Depuis cette période, le conseil scientifique et le gouvernement n’ont pas cessé de vanter le confinement aveugle qui « aurait arrêté l’épidémie », et « sauvé 60000 français » tandis que les médias pratiquaient le Suède bashing (2) pour la punir de n’avoir pas appliqué les prescriptions de N. Ferguson.

Que de mensonges pour tenter de justifier la plus grande débâcle française depuis 1940. Car ce n’est pas le Covid19 qui est responsable de l’état pitoyable actuel de la France, mais seulement le confinement et les mesures prétendument sanitaires que nous subissons toujours. Et plus elles durent, plus les dégâts sanitaires, sociaux et économiques s’aggravent.

Les comparaisons de l’évolution de la Suède et des Pays-Bas par rapport aux prévisions de l’Imperial College et aux résultats sanitaires et économiques des grands pays du sud de l’Europe qui ont confiné à l’aveugle, permettent de vérifier la valeur des prédictions de Ferguson et d’évaluer les effets catastrophiques du verrouillage.

Pertinence des prédictions de Ferguson (3)

Ferguson avait prédit que si la Suède ne confinait pas, elle compterait 70000 morts de Covid19 (4). La Suède n’a pas confiné. L’épidémie est terminée en Suède après 5922 décès comptabilisés au 21/10/2020 5. Soit une surestimation de 1200%.

Anchor Ferguson avait également prédit qu’en l’absence de confinement, les Pays-Bas pleureraient 100000 victimes ; les néerlandais ont refusé le confinement et n’en comptaient que 6804 au 21 octobre. Soit une surestimation de 1400%.

Ces surestimations considérables des risques constituent une constante des prédictions de Ferguson ainsi que le montrent ses prédictions précédentes sur la fièvre aphteuse, la maladie de la vache folle, la grippe H1N1, l’Ebola.

Ferguson surestime aussi l’efficacité du confinement qu’il a proposé.

Le désastre belge

Il avait prédit que, si elle confinait, la Belgique limiterait le nombre de ses victimes à 3300 au 7 mai. La Belgique a confiné plus sévèrement que la France et en comptait 8339 le 7 mai (6). Au 18 octobre 2020 (7) la Belgique se retrouve le pays européen avec le plus fort taux de mortalité attribuée au Covid19 (10413 morts, soit une mortalité de 897/million)

L’inefficacité du confinement aveugle sur la vitesse et la durée de l’épidémie

Que ce soit en France ou dans les pays voisins qui ont eu le malheur de l’imposer à leurs populations, les données rapportées par l’OMS (covid19 situation report) prouvent que les prédictions et la conclusion de Ferguson (8) étaient fausses : dans tous les pays adeptes du seul confinement aveugle, l’analyse des tendances observées avec recherche de point d’inversion de tendance, montre que la vitesse de contamination n’a jamais été diminuée par le confinement.(9) (10)

En France, avant le confinement, le temps de doublement du nombre de contaminés atteignait 5 jours ; après le 17 mars et pendant les 18 jours, il est resté parfaitement stable. Comme le temps d’incubation de la maladie est de 5 jours, si le confinement avait été efficace un ralentissement de l’épidémie aurait dû apparaître dès le 8 -10ème jour, ce qui n’a pas été le cas.

Ce n’est qu’après 18 jours que le nombre de contaminations a diminué, en même temps qu’il diminuait dans les autres pays voisins, qu’ils aient ou non imposé le confinement.

La comparaison du début des épidémies en Belgique et aux Pays-Bas montre même que le confinement belge a accéléré et aggravé nettement l’épidémie :

L’Allemagne qui n’a pas utilisé cette méthode moyenâgeuse, mais pratiqué la « quarantaine », isolant les infectés de la population saine, a mieux ralenti l’épidémie que ceux qui ont confiné à l’aveugle.

De même, l’analyse de la cinétique du recul de l’épidémie dans les principaux pays européens atteints ne montre aucun bénéfice en intensité, ni en rapidité de l’épidémie dans les pays qui ont sévèrement confiné par rapport aux Pays -Bas non confinés.

Inefficacité du confinement aveugle sur la mortalité .

Globalement, les 5 grands pays européens qui ont confiné leurs populations à l’aveugle (sans séparer les infectés des autres) se classent tous (avec la Suède) dans le top 6 européen des plus fortes mortalités attribuées au Covid19 : Belgique : 898/M, Espagne : 722/M, GB : 643/M, Italie : 604/M, Suède :586/M, France : 509/M, Pays-Bas : 394/M.

Le confinement aveugle n’apporte donc aucun avantage sur la mortalité Covid bien au contraire.

Balance avantages/ risques catastrophique du confinement

En médecine, un traitement ou une mesure sanitaire ne doit jamais être décidée en n’envisageant que ses avantages potentiels sur la maladie cible, mais doit aussi prendre en compte ses complications propres, balance Avantages/Risques.

Lorsque le président et les autorités de santé publique a ordonné aux gens de rester chez eux, ils n'ont parlé que des avantages qu’ils en espéraient : en évitant les contacts, nous ralentirions la propagation du nouveau coronavirus (11) . Ils auraient dû ajouter : « malheureusement, le confinement fera plusieurs milliers de victimes collatérales du fait de l’arrêt de traitement de cancer, d’autres maladies chroniques, de suicides, etc. ».

Les victimes collatérales du confinement

Certains malades aigus sont déjà morts du confinement ; ainsi une étude de l’Inserm et du Samu montre que le confinement a été suivi d‘une diminution de 50% des prises en charge pour arrêt cardiaque ; les disparus des urgences n’ont pas osé venir à l’hôpital et sont vraisemblablement morts chez eux ; quant à ceux qui été amenés à l’hôpital, leurs chances de récupération ont été diminué par deux. Même constatation pour les accidents vasculaires cérébraux. A l’échelle du pays, ces urgences vitales non traitées représentent de l’ordre de 3000 à 5000 décès prématurés.

Les retards de soins imposés par le plan blanc ont touché les malades souffrant de pathologies chroniques (cancéreux, cardiaques, déprimés) qui ont subi l’arrêt des traitements prévus, leur modification suboptimale ou leur prolongation aveugle sans consultation permettant de les adapter. Compte tenu de l’extrême fréquence de ces pathologies chroniques (20 millions d’après le professeur Grimaldi(12) ), ces retards sont potentiellement responsables de dizaines de milliers de décès non comptabilisés pour l’instant.

Les nouveaux malades n’ont pas pu être diagnostiqués, ni traités du fait de l’interdiction d’opérer les malades. Depuis le début du confinement, 75.000 nouveaux cancers auraient dû être diagnostiqués et ne l’ont pas été.

Jean-Yves Blay du centre d'oncologie Léon Bérard de Lyon s’alarme : « nous craignons 5.000 à 10.000 morts supplémentaires du cancer ”, « ces estimations sont même plutôt optimistes ; les Anglais ont des projections allant jusqu'à 40.000 patients décédés en excès .”

Et cette rupture de soins ne concerne pas uniquement la cancérologie, mais a touché toutes les pathologies non Covid. L’ensemble de ces victimes collatérales du confinement est estimé actuellement de 25000 à 30000.

La deuxième vague est psychiatrique

Le bilan médical du confinement devra aussi prendre en compte lescomplications psychologiques du confinement et en particulier le surplus des maltraitances familiales, des troubles psychiques et des suicides(13) (14) liés à l’entretien permanent de la panique par le gouvernement et les médias, l’astreinte à domicile, aux pertes de salaires et au chômage (15). Le bilan sanitaire du confinement aveugle va s’aggraver avec le temps et largement dépasser la mortalité attribuée au Covid19.

Le tsunami économique du confinement : 12O MILLIARDS EUROS

Selon l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques, les huit semaines de confinement ont diminué le PIB 2020 de 120 milliards d’euros impactant principalement les transports, l’hébergement, la restauration, la construction, les activités de loisirs et le commerce de détail. En tenant compte du trop lent rétablissement de la croissance, ralenti par la persistance et l’aggravation périodique des mesures prétendument sanitaires tel que le couvre- feu, la perte globale de PIB dépassera les 10 points de PIB en 2020. L’OCDE prévoit que la France pourrait connaître une récession de 11,4 à 14,1 % de son PIB en 2020 (16). C’est en France que la crise économique pourrait être la plus forte du monde.

La balance Avantages/risques du confinement aveugle est donc très défavorable

La Suède tire les bénéfices d’une politique médicale traditionnelle basée sur la confiance en ses citoyens

Contrairement au gouvernement français, la Suède a fait examiner le rapport 9 de Ferguson par ses experts qui ont réfuté ses conclusions qu’ils jugeaient exagérées.

En avril, l'épidémiologiste suédois Anders Tegnell a expliqué au magazine Nature qu’il estimait le COVID-19 « n'est pas une maladie qui peut être arrêtée ou éradiquée ». Aucun confinement n’a été envisagé.

Les autorités sanitaires ont simplement diffusé des recommandations à la population et aux professionnels des transports, de la restauration et du spectacle. Les écoles sont restées ouvertes. « Fermeture, verrouillage, fermeture des frontières - rien n'a de base scientifique historique ", a déclaré Tegnell directeur du département chargé des épidémies. « Nous avons examiné un certain nombre de pays de l’Union européenne pour voir s’ils avaient publié une analyse des effets de ces mesures avant qu’elles ne soient lancées, et nous n’en avons vu presque aucune ».

Au 20 octobre 2020, la mortalité suédoise globale attribuée au Covid19 (586/ million d’habitants dont 50 % dans les Ehpad) est supérieure de 11 % à celle de la France (515/million), mais très inférieure à celles de la Belgique, l’Italie, et de l’Espagne et la mortalité quotidienne suédoise reste proche de zéro depuis 3 mois, contrairement à beaucoup d’autres états européens adepte du confinement.

Surtout l’absence de victimes collatérales du confinement, de retard scolaire, de blocage sociétal lui confèrent un bénéfice considérable sur nous.

Le non-confinement de la population suédoise a limité les conséquences économiques .

Au deuxième trimestre, le PIB de la Suède a chuté de 8,6% (17), ce qui est nettement inférieur aux baisses observées dans les pays confinés sévèrement comme en Espagne (18,5%), Portugal (14,1%), et France (13,8%).

Sur l’année 2020, la perte en PIB suédois est estimée à 3 à 5 % contre 11 à 14 % en France .

La Norvège regrette courageusement son confinement

La Norvège a enregistré moins de décès directs de Covid19 que la Suède, mais l’Institut norvégien de santé publique a publié fin mai une étude 18 montrant que le confinement n’en était vraisemblablement pas responsable (19).

L’agence statistique norvégienne a également calculé les dommages permanents causés par les fermetures d’écoles : « chaque semaine d’enseignement en classe refusée aux élèves, freine les chances de réussir sa vie et réduit de façon permanente le potentiel futur des revenus ». De plus, en deux mois de blocage, le PIB norvégien a perdu 11% environ et les autorités espèrent limiter les pertes à environ 5 % sur l’ensemble de l’année 2020. C’est sur ces données que le premier ministre norvégien Erna Solberg vient courageusement de reconnaitre qu’elle aurait dû suivre l’exemple de ses voisins suédois et a regretté publiquement les contraintes sanitaires qu’elle a imposées (20).

L’OMS rappelle que le confinement ne fait qu’apporter la misère

Le confinement doit être une mesure de dernier recours, a déclaré récemment David Nabarro (21) responsable de la COVID-19 à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sur le site du magazine britannique The Spectator.

« Le confinement a des conséquences que vous ne devez jamais minimiser, celle de rendre les gens pauvres, beaucoup plus pauvres. »

« Nous pensons qu’il est possible de conserver intacte notre vie économique et sociale, avec un haut degré d’organisation du gouvernement et une implication de la population.

Le confinement ne doit pas être le moyen principal de contrôle de la pandémie, nous préférons l’éviter. Nous avons vu le taux de pauvreté doubler, et il va y avoir deux fois plus d’enfants qui vont souffrir de malnutrition, parce qu’ils n’ont plus de repas à l’école ».

Le déni démocratique du confinement français

Les résultats remarquables de Taiwan sur le Covid19 ont montré que la démocratie et la libre circulation des informations sont essentielles pour combattre efficacement l'épidémie de coronavirus.

Ainsi que l’a rappelé le ministre de la santé taiwanais : « dans les pays autoritaires, les responsables locaux cachent la vérité au gouvernement central pour éviter les reproches, et le gouvernement central ment également à son peuple pour détourner les critiques du public au début d'une épidémie. En conséquence, les mesures de contrôle de la maladie sont retardées et finalement inefficaces ».

Le comportement de nos gouvernants a été et est celui d’un pays autoritaire. Tout au long de l’épidémie, le gouvernement a menti à la population, décrédibilisant l’expertise officielle et la parole de l’état.

L’éditorial du Dagens Nyheter suédois soulignait dans l’édition du 21 avril 2020 : « si on abandonne une partie de la démocratie maintenant, on ne sait jamais vraiment quand on la récupérera ».

L’ONU critique les mesures d’urgence pour supprimer les droits humains

Le 16 mars 2020, un communiqué commun des experts indépendants des droits de l’homme et d’autres rapporteurs spéciaux de l’ONU ont exhorté les États à éviter d’outrepasser les mesures sécuritaires dans leur réponse à l’épidémie de coronavirus et leur ont rappelé que le recours aux pouvoirs d’exception ne doit pas être utilisé pour étouffer la dissidence.

« Certains États et institutions de sécurité peuvent trouver attrayante l’utilisation de pouvoirs d’urgence car elle offre des raccourcis ». « Pour éviter que de tels pouvoirs excessifs ne soient intégrés dans les systèmes juridiques et politiques, les restrictions devraient être étroitement adaptées et constituer le moyen le moins intrusif possible pour protéger la santé publique ».

Oui, La Suède, les Pays-Bas, comme Taiwan, la Corée et le Japon et bien d’autres pays nous rappellent que l’exercice démocratique du pouvoir est nécessaire à la sécurité sanitaire et économique d’un peuple . Il est temps que nos représentants se montrent dignes de la Nation du siècle des lumières, des Droits de l’Homme et du Citoyen et de notre devise Liberté.

1 http://www.economiematin.fr/news-suede-liberte-confinement-echec-difference-france-coronavirus-strategie-delepine

2 CBS News : « La Suède devient un exemple de la façon de ne pas gérer le COVID-1 9. » L'Université de Virginie : « L’absence de verrouillage a augmenté les décès dus au COVID-19 en Suède. », le New York Times : « La Suède tente un nouveau statut: l'État de Paria» et tout récemment The time « La réponse suédoise au COVID-19 est un désastre. » …

3 Imperial College Response Team report 9 https://www.imperial.ac.uk/media/imperial-college/medicine/mrc-gida/2020-03-16-COVID19-Report-9.pdf

4 Jasmine M GARDNER Intervention strategies against COVID-19 and their estimated impact on Swedish healthcare capacity https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.11.20062133v1.full.pdf

5 D’après les données publiées par l’OMS le 22/10 /2020

6 D’après l’OMS covid situation report 108 https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200507covid-19-sitrep-108.pdf?sfvrsn=44cc8ed8_2

7 Covid19/OMS/20201020-weekly-epi-update-10 www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20201020-weekly-epi-update-10.pdf

8 Rapport 9 de l’Imperial College : « Seul le confinement total de la population peut arrêter l’épidémie »

9 Thomas Meunier Full lockdown policies in Western Europe countries have no evident impacts on the COVID-19 epidemics Ensenada Center for Scientific Research, Ensenada, BC medRxiv preprint April 24, 2020

10 Thomas Meunier Full lockdown policies in Western Europe countries have no evident impacts on the COVID-19 epidemics Ensenada Center for Scientific Research, Ensenada, BC medRxiv preprint April 24, 2020

11 Espoir malheureusement démenti par les faits ainsi que nous l’avons vu précédemment

12 Pr Grimaldi 20 millions de malades chroniques en France : France- info 27 3 2017

13 Midi libre du 13 avril rapporte les cas d’une infirmière toulousaine, d’un médecin rémois qui ont clairement indiqué que la peur du covid était la raison de leur acte et de Thomas Schäfer, ministre des Finances du Land de Hesse chargé de la gestion de la crise.

14 P Mesmer Au Japon, le coronavirus à l’origine d’une nouvelle épidémie de suicides Le Monde 16 octobre 2020 https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/10/16/au-japon-le-coronavirus-a-l-origine-d-une-nouvelle-epidemie-de-suicides_6056298_4500055.html

15 Nathalie Samson, Chômeurs : "Un risque de suicide deux fois plus élevé" L’express 21/09/2018 7

16 P.L avec AFP L'OCDE TABLE SUR UNE RÉCESSION DE 11,4% EN FRANCE EN 2020 SANS SECONDE VAGUE DE L'ÉPIDÉMIE 10/06/2020 BFM https://www.bfmtv.com/economie/l-ocde-table-sur-une-recession-de-11-4-en-france-en-2020-sans-seconde-vague-de-l-epidemie_AN-202006100125.html

17 D’après CNBC

18 COVID-19-EPIDEMIEN : Kunnskap, situasjon, prognose, risiko og respons i Norge etter uke 18 Folkehelseinstituttet, 5. mai https://www.fhi.no/contentassets/c9e459cd7cc24991810a0d28d7803bd0/notat-om-risiko-og-respons-2020-05-05.pdf

19 D Dewitte Norvège : ‘Le confinement n’était pas nécessaire pour gérer le covid-19’Business AM 28/5/2020

Anchor 20 Premier ministre norvégien Erna Solberg le 27 mai à la télévision d’état : « J'ai probablement pris de nombreuses décisions par peur" « La fermeture des écoles n’était peut-être pas nécessaire ».

21 https://francais.rt.com/international/79652-covid-19-oms-pointe-consequences-nefaste-confinement