La SNCF épinglée pour « inégalité de traitement des voyageurs »

300 millions €
La fraude coûte chaque année 300 millions d'euros à la SNCF.

L’entreprise ferroviaire est épinglée sur ses « points d’arrêt non gérés », source d’inégalités selon Claire Hédon.

« Les points d’arrêts non gérés » créateurs d’ « inégalités de traitement »

La journaliste Claire Hédon pointe du doigt « les points d’arrêts non gérés » qui sont en fait les haltes où il n’est pas possible d’acheter son billet de train, faute de guichet ou de distributeur automatique de billet. Contactée par plusieurs voyageurs sur cette question, la défenseure des droits considère que ces lieux sont créateurs « d’inégalités de traitement » et appelle la SNCF à remédier à cela.

D'autant que depuis 2019, il n’est plus possible d’acheter son billet de train auprès du contrôleur après être monté. Il est impératif de présenter son billet sous format papier composté ou son billet électronique sous forme de QR code. Dans l’impossibilité de présenter un titre de transport, les voyageurs peuvent se faire verbaliser.

La SNCF supprime des guichets pour éviter les fraudes

La SNCF soutient que des « nouvelles dispositions (avaient) pour objectif de renforcer la lutte contre la fraude ». Mais la dématérialisation, qui sur le papier constitue un progrès pour l’accès aux droits, « peut être remise en cause par la fracture sociale et territoriale dans l’accès à Internet et aux équipements informatiques », soutient Claire Hédon dans un communiqué diffusé jeudi 1er juillet 2021.

Pour la journaliste, la meilleure solution, c’est d’arrêter de supprimer des guichets dans les gares, et pour « les points d’arrêt non gérés », d’y mettre en place des distributeurs automatiques de titres de transports.