« Pas de vaccin ? Pas de resto ! » : l'électrochoc a eu lieu

25 EUROS
Un test antigénique de dépistage Covid-19 coûte 25 euros à l'Assurance
Maladie.

L’allocution présidentielle du 12 juillet 2021 a eu l’effet escompté… mais il aura fallu menacer les Français. Si Emmanuel Macron a déclaré faire appel à la responsabilité de ces derniers, comme depuis le début de la campagne de vaccination, c’est finalement la crainte de ne pas pouvoir aller au restaurant qui aura eu raison de la réticence à se faire vacciner.

Pas de vaccination obligatoire pour l’instant… mais au lit sans dessert

Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé, lundi 12 juillet 2021, la vaccination obligatoire pour le seul personnel soignant ; avec une date limite : le 15 septembre 2021. Après cette date, il y aura des sanctions qui ont été précisées sur LCI par le ministre de la Santé Olivier Véran après l’allocution présidentielle : les soignants non-vaccinés « ne seront plus payés » et « ne pourront plus travailler ».

Pour les autres Français, si le président de la République a mentionné la possibilité de rendre la vaccination obligatoire, il a préféré se cantonner à une autre stratégie : celle de la carotte et du bâton. Le Pass sanitaire va être élargi dès le 21 juillet 2021, puis progressivement jusqu’à ce que bien peu d’activités ne soient accessibles aux non-vaccinés ou à celles et ceux qui ne présenteront pas de test négatif : pas de train, pas d’autocar, pas de cafés, pas de restaurant…

En somme : soit les Français se font vacciner, soit les vacances seront tout simplement gâchées, sans qu’il n’y ait par ailleurs de date à laquelle le Pass sanitaire sera levé en France, ce qui ne surviendra probablement pas avant 2022. Et avec l’annonce, elle aussi attendue, de la fin de la gratuité pour les tests PCR et antigéniques « de confort », donc ceux sans prescription médicale, dès septembre 2021, il semblerait que le choix des Français a été vite fait…

Explosion des prises de rendez-vous à la suite des annonces d’Emmanuel Macron

L’électrochoc a eu lieu : à 21 heures, soit une demi-heure après l’allocution présidentielle, le site Doctolib annonce plus de 20.000 rendez-vous pris pour se faire vacciner, un nouveau record. Le site avait atteint les 17.000 rendez-vous dans les minutes qui ont suivi l’allocution. Plus de 600.000 rendez-vous ont ainsi été pris dans la soirée, pour la seule plateforme Doctolib.

Les rendez-vous ont donc été écoulés comme des petits pains, les Français préférant se faire vacciner plutôt que ne pas aller au restaurant ou au cinéma. La réticence envers la vaccination était-elle donc moins le fait de la peur du vaccin que d’un manque d’envie ?

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio