Après les Gilets Jaunes, les Gilets Écarlates chez les policiers ?

21,82 millions
Fin 2017, la Police nationale avait comptabilisé 21,82 millions
d'heures supplémentaires non payées et non récupérées par les
personnels.

En protestant contre la baisse des moyens alloués aux forces de l’ordre, le syndicat majoritaire Alliance Police Nationale a appelé tous les policiers de France à ne pas sortir des commissariats sauf urgences absolues le mercredi 19 décembre 2018.

En 2019, la police pourrait devoir accomplir ses missions avec 62 millions d’euros de budget en moins

Sous-équipement en matériel, véhicules vieillissants, stock d’heures supplémentaires non payées… : la police souffre déjà d’un manque de moyens… auquel s’ajoute la non-revalorisation des salaires en 2018, déclarée « année blanche ». Pourtant, le budget de 2019 ne prévoit pas de hausse mais bien une baisse des dotations à destination des forces de l’ordre. Si rien n'est fait, en 2019 la Police Nationale devra donc composer avec un budget inférieur de 62 millions d’euros à celui de 2019, une situation qui « engendrera une fois de plus une dégradation des conditions de travail », déplore le syndicat Alliance.

À la veille du vote à l’Assemblée nationale sur le budget 2019 pour les forces de sécurité, prévu le 20 décembre 2018, Alliance appelle donc tous les policiers de France de rester dans les services et ne sortir des commissariats que sur appel, un moyen de se faire entendre par les députés, que le syndicat exhorte à ne pas voter le budget de la police proposé par le gouvernement.

« Ceci n’est que l’acte 1 », met en garde le syndicat Alliance

« Malgré nos appels répétés au Président de la République d’annoncer un plan d’urgence pour les forces de sécurité, à ce jour rien n’est encore annoncé », indique le syndicat Alliance par communiqué. Le syndicat demande un budget de type « plan Marshall », qui « doit prendre en considération un plan de modernisation tant sur le plan immobilier que sur le plan équipement ». « Ceci n’est que l’acte 1, si nous n’étions pas entendus d’autres actions seraient mises en œuvre », a fait savoir le syndicat.

Invité sur Europe 1, Frédéric Lagache, le secrétaire général adjoint du syndicat Alliance, a été encore plus explicite. « On a les Gilets Jaunes. Mais attention, demain vous pouvez avoir les Gilets Écarlates chez les policiers. Et ça pourrait être gravissime pour la République », a-t-il averti.