Orange Bank repousse son objectif de rentabilité à 2024

248 000
Orange Bank revendique 248 000 clients.

Selon les informations du quotidien Les Echos, Orange Bank se donne désormais jusqu’à 2024 (et non pas 2023) pour parvenir à la rentabilité. En attendant, les pertes s’accumulent.

Orange Bank privilégiera le crédit à la consommation

D’après les informations des Echos, Orange Bank a doublé ses pertes en 2018. Après une perte opérationnelle de 93 millions en 2017, la néobanque s’apprête à publier une perte de 169 millions d’euros au titre de l’exercice 2018. Si la direction de la banque s’est toujours dit consciente de la difficulté à parvenir à la rentabilité, l’échéance semble désormais s’éloigner. Au lieu de 2023 initialement, elle devrait désormais devenir une réalité à l’horizon 2024, révèle le quotidien.

Et pour y parvenir, la néobanque est prête à mettre le paquet. Selon Paul de Leusse, le directeur général adjoint en charge des services financiers mobiles d’Orange, interrogé par Les Echos, Orange Bank entend prochainement proposer son crédit à la consommation à toute personne, qu'elle détienne une carte Orange Bank ou pas. La banque est également en train de préparer une offre sur les marchés de l'assurance-emprunteur et de la prévoyance.

Orange Bank dispose d’une offre forte, mais les Français tardent à y souscrire

Lancée en novembre 2017, Orange Bank doit composer avec une sérieuse concurrence, déjà active sur le marché depuis des années. Avec ses 248 000 clients, Orange Bank arrive actuellement sixième dans le classement des banques digitales par le nombre de clients, derrière Boursorama (1 300 000 clients), ING (1 020 000), Fortuneo (670 000), Monabanq (320 000) et Hello! Bank (300 000).

Et pourtant, Orange Bank a des atouts. Une récente étude du cabinet D-Rating sur les néobanques classe Orange Bank première en termes d’efficacité, avec également un score élevé pour la richesse de l’expérience client digitale qu’elle propose. Les processus de souscription à un compte courant et de virement sont efficaces et bien documentés. « Du point de vue des canaux de contact, Orange Bank a, comme la majorité des banques, ouvert la possibilité d’accéder au service client via Facebook et Twitter. La mise en œuvre d’un chatbot, dont la fiabilité est correcte, permet à Orange de marquer de nombreux points puisque seul Boursorama Banque dispose également d’un chatbot en français », font remarquer les auteurs de cette étude.