Dispositif 100% santé: les opticiens dans le viseur de la répression des fraudes

16 %
En 2020, 16% des clients ont bénéficié du dispositif 100% santé.

Le dispositif 100% santé qui permet le remboursement intégral de certaines lunettes ne semble pas être correctement appliqué par les opticiens selon une enquête menée par la répression des fraudes.

Le dispositif 100% santé mal appliqué

Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, la réforme 100% santé a fait l'objet d'une réunion avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, mardi 13 avril 2021. Durant cette réunion, l'enquête menée par la DGCCRF a été abordée et notamment la mauvaise mise en place du dispositif 100% santé en vigueur depuis le 1er janvier 2020 chez les opticiens.

Le dispositif permet le remboursement intégral de certaines lunettes ou prothèses auditives qui sont placées sur une liste exhaustive. Ainsi, l'opticien a le devoir de vous proposer cette alternative lorsqu'il établit un devis avec vous. Cependant, l'enquête de la répression des fraudes a montré que les opticiens ne se soumettaient que très peu à cette obligation.

Un dispositif impacté par le Covid

Ainsi, la DGCCRF qui a exposé le résultat de son enquête lors de la réunion du 13 avril 2021, a estimé qu'elle avait rencontré des problèmes chez 60% des opticiens ayant fait l'objet d'une enquête. Chez ces opticiens, l'offre 100% santé est soit mal-présentée soit inexistante. Ainsi, en 2020 seuls 16% des clients ont bénéficié du dispositif 100% santé, un résultat en dessous de l'objectif de 20% fixé par le gouvernement. À titre de comparaison, la répression des fraudes rappelle que pour les prothèses auditives le taux de ventes effectuées avec 100% santé est de 52%.

Une critique qui ne passe pas auprès des principaux intéressés. Le président du Rassemblement des opticiens de France, André Balbi, confiait à France Info, son mécontentement face à ces critiques. Selon lui, la profession est injustement visée, puisque moins de la moitié des magasins prévus ont été inspectés, 300 sur les 700 initialement prévus par la DGCCRF. De plus, il souhaite que le chiffre de 16% de lunettes vendues par le biais du dispositif soit remis dans le contexte de 2020. « Il faut le remettre dans son contexte parce que l'année 2020 a été. On a vécu deux confinements, deux mois de fermeture et au 1er janvier, les opticiens étaient prêts. On a réussi à équiper deux millions de personnes. »