La bête noire des Gafam, Lina Khan à la tête de l'autorité américaine de la concurrence

100
Le Sénat des États-Unis est composé de 100 membres.

Joe Biden nomme à la tête de la FTC étasunienne Lina Khan, une juriste vigoureusement engagée contre les pratiques anticoncurrentielles des Gafam.

Lina Khan est la plus jeune présidente de l'histoire de la FTC

C’est une mauvaise nouvelle pour les géants de la tech : leur bête noire, Lina Khan vient d’être nommée à la tête de l’autorité américaine de la concurrence, la Federal Trade commission (FTC). À seulement 32 ans, elle est la plus jeune présidente de l’histoire de cette institution. Mais malgré son jeune âge, elle sait très bien où elle met les pieds et elle entend bien « protéger les citoyens des abus des entreprises ».

Votée par le Sénat, sa nomination par le président Joe Biden a reçu 69 voix pour, dont 21 de sénateurs républicains et 28 voix contre. Lina Khana sera à la tête de l’institution jusqu’en septembre 2024.

Lina Khan est farouchement engagée contre les pratiques anticoncurrentielles des Gafam

Cette diplômée de Yale - qui s’était déjà fait remarquer en 2017 par la publication d'un article universitaire sur « le paradoxe antitrust d'Amazon » - est connue pour être farouchement engagée contre les pratiques anticoncurrentielles des Gafam. Sa nomination par le président des États-Unis est donc un signal fort envoyé à Facebook, Google, Apple, Amazon ou Microsoft.

Parmi ses multiples rôles, la FTC est un régulateur de marché, en capacité de déclencher des enquêtes pour violation des règles de la concurrence, abus de position dominante et violation des règles en matière de protection des données personnelles.