L'alcool vous permettra de parler plus facilement une langue étrangère !

1
Il suffirait d'une chope de bière pour parler une langue étrangère
avec plus de facilités

Si vous avez des difficultés à parler une langue étrangère, l'alcool pourrait bien vous aider. Des scientifiques viennent même de le prouver.

À petites doses, l'alcool aide à la pratique d'une langue étrangère

L'alcool délie les langues, et la science vient de le prouver ! Dans une étude publiée dans le Journal of Psychopharmacology, des chercheurs allemands et néerlandais affirment avoir démontré qu'à dose raisonnée, l'alcool pouvait aider à la pratique d'une langue étrangère.

Pour parvenir à cette conclusion, ces chercheurs ont demandé à un groupe de volontaires allemands, tous en apprentissage de la langue néerlandaise, de participer à une expérience. Ils ont été invités à avoir une conversation de quelques minutes avec une personne parlant néerlandais. Mais avant cela, la moitié des participants ont dû avaler un verre d'eau quand l'autre moitié s'est vu offrir un verre d'alcool qui correspondait à 50 cl de bière.

Plus d'habilité et de fluidité dans le langage après un verre d'alcool

Pendant toute la durée de leur conversation, les participants ont été observés par les auteurs de cette étude qui devaient noter leur facilité à prendre la parole, leur diction, la fluidité de leur langage, etc. Au terme de cette expérience, les chercheurs ont recoupé leurs données et se sont aperçus que les participants qui avaient bu de l'alcool étaient, d'une manière générale, plus habiles que les autres dans la pratique d'une langue étrangère avec un inconnu.

L'alcool, à faible dose, permettrait donc de désinhiber suffisamment celui qui en boit pour lui permettre de parler avec plus de facilité une langue qu'il ne maîtrise pas tout à fait. Dans leurs conclusions, les auteurs de cette étude insistent toutefois sur le fait que ce constat ne vaut que si la personne n'a bu qu'une petite dose d'alcool. En grande quantité, l'alcool pourrait bien provoquer l'effet inverse.

Sybille de Larocque

Sybille de Larocque a été journaliste plusieurs années à JolPress avant de rejoindre les équipes d'EconomieMatin.