Impôts : où va l'argent ?

575 euros
Sur 1.000 euros de dépenses publiques, 575 euros sont affectés aux
dépenses sociales.

IR, CSG, TVA, IFI, IS... La France est championne toutes catégories des taxes et impôts en tout genre. Un record dont on se serait bien passé ! Mais à quoi donc peut servir tout cet argent prélevé par l’État ? Le gouvernement s’est fendu d’une infographie censée nous rassurer... ou pas !

« Ce que financent 1.000 euros de dépenses publiques »... Voici le nom du tableau dressé par le gouvernement afin d’expliquer aux Français où va l’argent de leurs impôts.

Un tableau récapitulatif des dépenses publiques

Que nous réserve donc ce fameux Grand Débat National, lancé en pleine révolte des Gilets Jaunes en grande pompe par Emmanuel Macron le 15 janvier dernier ? Le choix des sujets est officiellement largement ouvert, le chef de l’État ayant lancé aux maires présents : « Il ne doit pas y avoir de tabou »... Pas de tabou, mais quatre grands thèmes ont tout de même été présentés (imposés ?) dans sa lettre aux Français : le pouvoir d’achat, la démocratie, l’environnement et la fiscalité. Plus précisément, « mieux accompagner les Français pour se loger, se déplacer, se chauffer », « rendre notre fiscalité plus juste, plus efficace, plus compétitive », « faire évoluer la pratique de la démocratie » et « rendre l'État et les services publics plus proches des Français et plus efficaces ».

Car la fiscalité est bien au coeur des manifestations des Gilets Jaunes qui ont démarré il y a deux mois. De l’impôt, oui, mais pour quoi faire ? Face à la colère et l’incompréhension, le gouvernement a voulu expliquer aux Français « Ce que financent 1.000 euros de dépenses publiques » à l’aide d’un tableau récapitulatif, relayé par nos confrères du Figaro

La protection sociale représente plus de la moitié des dépenses publiques en France

La protection sociale, qui fait de la France le pays le plus généreux en termes de prestations sociales, représente sans surprise plus de la moitié des dépenses sociales : selon le tableau, 575 euros sur 1.000 euros. Dans le détail, 268 euros pour les retraites, 191 euros pour l’assurance maladie, 42 euros pour la famille, dont les allocations familiales, 35 euros pour le chômage, 17 euros pour les aides au logement et 22 euros pour les autres aides, dont la prime d’activité et le RSA. 

Suivent les dépenses sectorielles : 143 euros sur 1.000 euros de dépenses publiques. 53 euros sont ainsi affectés aux affaires économiques, dont les crédits d’impôts aux entreprises, les aides sectorielles ou les subventions pour l’innovation, 43 euros consacrés aux transports et équipements collectifs, 22 euros pour la culture, 16 euros pour l’environnement, dont la gestion de l’eau et des déchets, et 9 euros pour les infrastructures comme l’éclairage public.

Les services publics régaliens représentent 60 euros de ces 1.000 euros : 31 euros pour la défense, 25 euros pour la sécurité et 4 euros pour la justice. Près d’un dixième de la somme finance l’Éducation (96 euros), 23 euros pour la recherche, 66 euros pour les Administrations puliques, comme les impôts, les collectivités territoriales, les préfectures, les ambassades et consulats ou les caisses de sécurité sociale. Enfin, la charge de la colossale dette de la France, c’est-à-dire le remboursement des intérêts de la dette, représente 37 euros sur 1.000 euros de dépenses publiques...

À la lecture de ces chiffres, l'on serait tenté de penser que chaque centime dépensé est justifié. Sabrer dans tel ou tel budget sans attirer les foudres des concernés ? L'exercice est périlleux. Alors, quelles dépenses publiques seront baissées, comme le promettent tour à tour les élus ? La question reste posée...

Aurélie Giraud

Aurélie Giraud, juriste de formation, titulaire d'une maîtrise de droit public (Sorbonne, Paris I), est journaliste à Economie Matin, après avoir travaillé comme correctrice et éditrice sur de nombreux manuscrits de livres, dont ceux de son mari, Jean-Baptiste Giraud, puis secrétaire de rédaction.