EasyJet annonce des avions électriques pour 2027

10 %
L'exploitation des avions électriques reviendra 10% moins cher que
celle des avions à combustible conventionnel.

À en croire l’annonce faite par Jeffrey Engler, le PDG de la compagnie aérienne à bas coûts easyJet, les vols commerciaux en avions à propulsion électrique pourraient commencer dans moins de dix ans.

La course aux avions électriques s’intensifie

Après les voitures électriques, c’est au tour de l’aviation civile de tester les premiers avions « propres ». Dans cette course à la réduction des émissions polluantes, la compagnie low-cost easyJet fait des progrès encourageants. Initialement prévus pour 2030, elle espère maintenant mettre en place ses premiers vols en avions à propulsion électrique dès 2027.

Ce changement de calendrier a été possible grâce aux progrès encourageants réalisés par Wright Electric, la société qui conçoit ces avions pour le compte d’easyJet. Un petit avion à propulsion électrique à deux places a déjà pris les airs, et les tests d’un aéronef neuf places est prévu pour 2019. Si les essais se passent sans encombre, un premier appareil utilisable sur des vols commerciaux devrait prendre les airs dès 2027. Soit la même échéance que s’est fixé un certain Ryanair, premier concurrent d’easyJet.

Airbus, Boeing, Zunum, Safran… : aucun avionneur n’échappe à la folie des avions électriques

EasyJet espère utiliser des avions électriques sur des lignes court-courrier (moins de 500 kilomètres). Londres-Amsterdam, l’une des plus fréquentées d’Europe, devrait être la première à accueillir ces appareils nouvelle génération. Le principal argument d’easyJet en faveur des avions électriques est leur plus faible impact environnemental. Ils sont également moitié moins bruyants, et leur exploitation revient 10% moins cher que celle des avions à combustible conventionnel.

Wright Electric n’est pas seul dans cette course aux moteurs électriques. En partenariat avec Boeing, le constructeur aéronautique américain Zunum Aero est en train de concevoir un avion hybride, dont le moteur sera fourni par le Français Safran. De son côté, Siemens est en train de développer son propre moteur électrique en collaboration avec Airbus.