Le « doggy bag » s'impose en France

40 %
La restauration est à l'origine de 40% du gaspillage alimentaire.

À partir du 1er juillet 2021, les restaurateurs français sont obligés de donner un doggy bag si le client le demande.

Le doggy bag pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Cette pratique couramment observée dans les séries américaines qui ne se faisait pas trop en France va pourtant devenir la norme : « le doggy bag ». À compter du 1er juillet 2021, les restaurateurs français ont l’obligation de proposer à leurs clients de contenants réutilisables ou recyclables pour qu’ils puissent emporter leurs restes à l’issue du repas.

Cette mesure intervient dans le cadre de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Car la restauration en est une des principales causes. Selon une étude de l’Ademe parue en 2016, la restauration est à l'origine de 40% du gaspillage alimentaire et sur cette portion de gaspillage, la consommation finale - c’est-à-dire dans l’assiette du consommateur - est responsable de 33% de la quantité de nourriture gaspillée sur l’ensemble de la chaîne de production.

En France, on apprend très tôt à finir notre assiette

Les Français vont devoir prendre l’habitude de demander un doggy bag, car pour l’instant, il a un faible ancrage dans notre culture. Selon un sondage YouGov de 2014, pour plus de 15% des répondants, demander un doggy bag à la fin du repas ferait « radin ». 11,1% d’entre eux considéreraient cela comme impoli et 5,1% estiment que ce n’est pas hygiénique. Et enfin, plus de 33% des personnes questionnées considèrent cette pratique inutile.

Dans les restaurants français, les plats sont étudiés de sorte à ce qu’ils soient équilibrés pour une portion individuelle. Alors qu’aux États-Unis ou au Moyen-Orient, les portions sont généreuses et le doggy bag semble aller de soi. «Aux États-Unis, en Asie ou même au Moyen-Orient, les portions sont généreuses et les plats conviviaux, quand en France, les assiettes sont généralement moins fournies et travaillées de façon plus individuelle. De plus, dans de nombreuses familles, on apprend très tôt aux enfants à finir leurs assiettes» ,expliquait ainsi Denis Courtiade, directeur de salle du restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée.