Covid-19 : tout ce qu'il faut savoir sur les autotests

6 euros
Le prix des autotests salivaires ne pourra pas dépasser les 6 euros.

Depuis le lundi 12 avril 2021, les autotests salivaires sont en vente en France grâce à un arrêté du ministre de la Santé publié le 11 avril au Journal Officiel. Voici toutes les informations qu’il faut connaître.

Autotests salivaires : où, combien, pour qui et comment ?

Où ? Les autotests salivaires sont vendus en pharmacie et uniquement en pharmacie. Vous ne pourrez pas en acheter sur Internet ou au supermarché. Selon Olivier Véran, interviewé par le Journal du Dimanche, ils « vont se déployer progressivement dans des milliers d'officines tout au long de la semaine ».

Combien ? Jusqu’au 15 mai 2021, le prix des autotests salivaires ne pourra pas dépasser les 6 €. Ensuite, leur prix maximum sera de 5,20 €.  Ils seront gratuits dans la limite de 10 autotests par mois et sur présentation d’un justificatif, pour les aides aux personnes âgées et aux personnes handicapées.

Pour qui ? Les autotests salivaires sont destinés aux personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, aussi bien dans le cadre de campagnes de dépistage à large échelle que dans le cadre privé.

Comment ? Avant toute chose, lavez vos mains puis introduisez l’écouvillon verticalement dans une narine sur 2 à 3 cm sans forcer. Basculez-le et introduisez-le jusqu’à rencontrer une légère résistance. Réalisez ensuite un mouvement de rotation. Une fois ces gestes terminés, suivez les indications du test afin de connaître le résultat. Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à consulter Le petit Guide d’utilisation de l’autotest nasal du ministère de la Santé.

Autotests salivaires : que faire si on est positif ?

Les résultats arrivent au bout d’une vingtaine de minutes. Soit vous êtes négatif et c’est une bonne nouvelle, soit vous êtes positif et dans ce cas, il faut effectuer un test PCR de confirmation. Ensuite, ce sera la procédure classique : isolement pendant 10 jours car vous êtes asymptomatique. Évidemment, vous contactez votre médecin traitant et vous surveillez votre état de santé. Et bien sûr, vous continuez à respecter les gestes barrière que tout le monde connaît par cœur maintenant (lavage des mains, port du masque, distanciation sociale, aération de son logement, télétravail…).

Reste à espérer que ce nouvel outil qui complète la stratégie de dépistage du Covid-19 en France soit correctement utilisé. Qui sait si, une fois qu’il aura fait ses preuves, il permettra de retrouver un semblant de « la vie d’avant » ?