Covid-19 : après les variants breton et alsacien, voici le variant « Mondor » !

50.659
50.659 nouveaux cas de Covid-19 ont été identifiés en France sur la
journée du 1er avril 2021.

Un nouveau variant du virus SARS-CoV-2, à l’origine du Covid-19, vient d’être identifié en France. Il s’agit d’un cluster parti de l’hôpital Henri Mondor, à Créteil.

Variant « Henri Mondor » : un mécanisme de propagation dans le corps potentiellement différent ?

Comme toute maladie d’origine virale, le Covid-19 n’est pas une maladie uniforme. De nouveaux variants sont sans cesse identifiés. Le dernier en date est le variant « Henri Mondor », identifié à l’hôpital Henri Mondor à Créteil. Pour l’instant, il s’agit d’un petit cluster constitué de trois professionnels hospitaliers et du conjoint de l’un d’entre eux, annonce l’AP-HP.

« Il est caractérisé par la présence de 2 délétions et 18 mutations d’acides aminés, dont 7 à 8 sont localisées à des positions clés de la protéine « spike », impliquée dans l’entrée du virus dans les cellules », annonce l’hôpital. Un mécanisme de propagation dans le corps potentiellement différent donc, sans que l’on sache à ce stade si ce variant est plus « invasif » ou plus contagieux, où s’il est à même d’échapper aux vaccins existants.

Des variants pas nécessairement préoccupants

« De nombreux variants du SARS-CoV-2 circulent aujourd’hui sur le territoire, dont certains sont qualifiés de « variants préoccupants (VOC) car leur impact (sur le plan de la transmissibilité, de la virulence ou de l’échappement immunitaire potentiel) justifie la mise en place d’une surveillance et de mesures de gestion spécifiques au niveau national, dans l’objectif de contenir leur progression », fait savoir Santé publique France.

D’après les données publiées par cet organisme le 1er avril 2021, 79,9% des infections au Covid-19 en France correspondent au variant britannique, et 4,4% au variant sud-africain ou britannique. Toutefois, tous les variants ne sont pas forcément plus préoccupants car plus contagieux ou causant une maladie plus sévère. Comme le rappelle sur son site le NHS, le service public de santé britannique, « plus de 4.000 variants du SARS-CoV-2 ont été identifiés à travers le monde » depuis le début de la pandémie. Parmi eux, seule une poignée seraient préoccupants.