Covid-19 : 46 millions de Français sous couvre-feu

14,3 %
Le taux de positivité à la Covid-19 a atteint 14,3% le 22 octobre
2020.

La nouvelle est tombée : attendue, elle risque bien de s’attirer les foudres de la population française. Plus de la moitié des Français devra en effet respecter un couvre-feu, a annoncé le gouvernement le 22 octobre 2020. Une mesure qui vise à éviter le reconfinement… et limitant le reconfinement aux heures nocturnes.

54 départements français sous couvre-feu

Il était déjà en vigueur en Île-de-France et dans plusieurs métropoles de l’Hexagone… Il concerne désormais 54 départements au total et en intégralité. Le couvre-feu, fixé de 21 heures à 6 heures du matin, vise à réduire les contaminations par le coronavirus Sars-CoV-2, responsable de la Covid-19, et qui ne cessent d’augmenter en France. L’Hexagone a même franchi, selon l’université Johns Hopkins, le million de cas confirmés de la maladie le 22 octobre 2020. Santé publique France estime, de son côté, le nombre de cas confirmés à 999.043 après un bon record de 41.622 le 22 octobre 2020.

Dans les départements concernés, donc, la population ne peut pas se trouver hors de chez elle après 21 heures sauf motif légitime et, naturellement, en ayant sur elle la célèbre attestation dérogatoire qui fait son grand retour. D’une manière générale, les dérogations sont les mêmes que celles appliquées durant le confinement : motif impérieux, motif médical, travail… ou encore sortir le chien. On notera toutefois que la population n’étant pas confinée toute la journée, le sport est proscrit après 21 heures : les coureurs devront faire leur footing avant.

La mesure devrait durer 6 semaines, mais pourrait être rallongée si elle ne porte pas ses fruits… et naturellement étendue à d’autres départements si la situation sanitaire dans ceux-ci se dégrade.

Un coup dur pour l’économie et des aides élargies

Si les Français ne peuvent pas sortir durant la nuit, le couvre-feu fixe également d’autres règles qui vont changer leur quotidien : les bars, les établissements sportifs, les foires, les salons ou encore les salles de jeux sont fermés toute la journée. Les fêtes foraines, elles, sont interdites.

Conscient de la perte économique pour les professionnels concernés, le gouvernement a également annoncé que les secteurs de la restauration ou encore de l’événementiel vont bénéficier encore une fois du fonds de solidarité et des aides mises en place pour faire face à la baisse d’activité. L’exécutif estime que ces mesures coûteront entre 1,3 milliard et 1,5 milliard d’euros par mois à l’État.

La liste des départements désormais concernés par ce couvre-feu général de la population :

L'Ain, les Alpes-Maritimes, l'Ardèche, les Ardennes, l'Ariège, l'Aube, l'Aveyron, le Bas-Rhin, les Bouches-du-Rhône, le Calvados, la Corse du Sud, la Côte d'Or, la Drôme, le Gard, la Haute-Corse, la Haute-Loire, la Haute-Savoie, la Haute-Vienne, la Haute-Garonne, les Hautes-Alpes, les Hautes-Pyrénées, l'Hérault, l'Ille-et-Vilaine, l'Indre-et-Loire, l'Isère, le Jura, la Loire, le Loiret, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, le Nord, l'Oise, le Pas-de-Calais, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées-Atlantiques, les Pyrénées-Orientales, le Rhône, la Saône-et-Loire, la Savoie, la Seine-Maritime, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var, le Vaucluse.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio