Covid-19 : plus de 100 millions d'euros par semaine en tests de dépistage

25 EUROS
Un test antigénique de dépistagge Covid-19 coûte 25 euros à
l'Assurance Maladie.

Contrairement à d’autres pays dans le monde, y compris en Europe, et fidèle à sa tradition d’une santé quasiment gratuite pour l’ensemble de sa population, politique publique quasiment unique, la France a décidé que les tests de dépistage Covid-19 seraient gratuits pour tous, sans limite de nombre ni de type. Sans surprise, ça coûte cher à l’Assurance Maladie.

Un coût variable selon les tests anti-covid

Le directeur général de la Caisse Nationale de l’Assurance-Maladie (CNAM), Thomas Fatôme, était l’invité de Radio Classique le 16 juin 2021. Interrogé sur la question du coût des tests de dépistage pour les caisses de l’État, il a donné quelques précisions : ainsi, un test antigénique (les tests rapides aux résultats en moins de 30 minutes) coûteraient environ 25 euros l’unité. Les tests PCR (plus précis et plus longs, nécessitant une analyse en laboratoire) sont environ deux fois plus cher : « un peu moins de 50 euros ».

Or, selon le directeur général de la CNAM, « les Français ont pris l’habitude de se tester ». Une bonne nouvelle pour la lutte contre la pandémie puisque ça augmente la possibilité d’identifier des cas de Covid-19 légers voire asymptomatiques, mais une habitude qui a un coût : « à peu près 100 à 120 millions » d’euros… par semaine.

Un nombre de tests en hausse… durant l’été à cause des touristes ?

Ce coût est très élevé : en prenant la fourchette basse de 100 millions d’euros par semaine, cela signifie que l’Assurance Maladie a dépensé environ 5 milliards d’euros en tests depuis la fin du premier confinement du printemps 2020. De quoi faire exploser le déficit que Thomas Fatôme annonce déjà « très élevé » pour 2021.

D’autant plus que le nombre de tests pourrait augmenter durant l’été : la France a décidé de garder la gratuité des tests pour les touristes, entre autres comme argument pour les attirer en France. De quoi faire encore un peu plus grimper la facture alors que la pandémie, si elle connaît une accalmie, reste bien d’actualité.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio