Coronavirus :+1500% de téléconsultations

11 %
Plus de 11% des consultations se font à distance.

La télémédecine avait commencé à faire son apparition en France pour lutter contre les déserts médicaux, avec la crise sanitaire actuelle, elle semble indispensable pour garantir la continuité des soins. 

600.000 téléconsultations en mars 

Avec le confinement, les professionnels de santé ont dû s’adapter. La téléconsultation est la solution la plus adaptée pour assurer la continuité des soins des patients tout en respectant les consignes de distanciation sociale. Depuis le 17 mars, les téléconsultations ont donc fortement augmenté. Selon l’assurance-maladie, les téléconsultations constituent désormais plus de 11% de l’ensemble des consultations contre moins de 1% avant la crise. Plus de 600.000 rendez-vous médicaux à distance ont été réalisés en mars contre 40.000 en février. 

L’un des facteurs de ce boom : le gouvernement a assoupli les règles de remboursement de la téléconsultation. Jusqu’au 30 avril, l’ensemble des téléconsultations sont exceptionnellement prises en charge à 100% par l’assurance-maladie. 

Dans la majorité des cas (81%), des constatations à distance sont effectuées par les médecins traitants, notamment dans la gestion des patients atteints du covid-19. Peu à peu les spécialistes comme les psychologues, les dentistes ou plus récemment les orthophonistes ont également rejoint les plateformes de télémédecine. 

Les plateformes de télémédecine s’adaptent

Au début de la pandémie, la principale plateforme de télémédecine Doctolib avait décidé de mettre à disposition gratuitement son option de consultation vidéo aux 80.000 médecins clients de l’outil, ainsi qu'aux hôpitaux et aux cliniques. Ce service habituellement facturé 79 euros par mois.

Les plateformes ont peu à peu été débordées par la multiplication des appels ainsi que par les demandes de mise en ligne de profil par les professionnels de santé. Pour faire face à cet afflux massif de clients, l’enseigne française d’équipements ménagers Boulanger a donc décidé de soutenir la startup Hellocare en mettant à sa disposition les équipes techniques de son service client. Ces derniers répondent aux questions des patients et des médecins inscrits sur la plateforme et les aident à l’utilisation de la téléconsultation. 

Ludivine Canard

Ludivine Canard est étudiante en école de journalisme à Paris. Elle a été stagiaire pour le Figaro économie et planet.fr. 

Suivez-la sur Twitter : @CanardLudivine