Coronavirus : plus de 40.000 personnes infectées ?

3 %
Le taux de mortalité du virus 2019-nCov est de 3%.

L’épidémie de coronavirus ne faiblit pas : le nombre de cas continue d’augmenter très fortement, toujours pour la plupart en Chine. Et alors que les autorités françaises s’apprêtent, malgré les risques à rapatrier les Français habitant à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie actuellement complètement isolé, des chercheurs hongkongais dévoilent un modèle mathématique très inquiétant.

6.000 ou 40.000 cas ?

Mardi 29 janvier 2020, selon la carte qui répertorie l’évolution de l’épidémie en temps réel en analysant les communiqués officiels des autorités du monde entier, le coronavirus aurait infecté de manière sûre 6.057 personnes, dont 5.970 en Chine. Ce sont les cas confirmés dans le monde par les autorités sanitaires.

Des chercheurs de Hong-Kong ne sont pas convaincus que ce soit la réalité. Ils estiment, au contraire, que 44.000 personnes seraient contaminées par le virus, sur la base toutefois de modèles mathématiques. « Nous devons nous préparer au fait que cette épidémie particulière devienne une épidémie mondiale », a déclaré Gabriel Leung, le chef de cette équipe de chercheurs de l’Université de Hong-Kong (HKU).

Le pic d’épidémie n’est pas encore atteint

Ce qui inquiète les chercheurs de la HKU c’est l’absence de prise en compte, de la part des autorités, des cas potentiels : seuls les cas confirmés sont effectivement annoncés, en tout cas par les autorités chinoises et ce malgré leur volonté de transparence. Peut-être pour minimiser la réalité et ne pas inquiéter touristes et partenaires commerciaux.

Il y aurait eu, selon le modèle mathématique développé par la HKU, 26.000 personnes contaminées le jour du Nouvel An chinois, samedi 25 janvier 2020, ce qui porterait le nombre de personnes contaminées mais chez qui le virus est en incubation à 44.000. Le pic de l’épidémie est attendu, lui, au printemps, vers avril ou mai.

"Nous nous attendons à voir dans ces autres mégapoles des foyers d'épidémie durables", a estimé le chercheur en parlant des principales villes de Chine. Et il estime que le virus, qui a fait 131 morts au 29 janvier 2020, va se propager.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio