Covid-19 : plus de morts en octobre et novembre

30 813
Jeudi 10 septembre, le ministère de la Santé dénombrait 30.813 décès
en France.

Lundi 14 septembre, le directeur de la branche européenne de l’OMS a déclaré que la mortalité liée au Covid-19 serait plus élevée en octobre et novembre. Malgré cette annonce difficile, il s’est montré positif puisqu’il a aussi affirmé que la pandémie allait « s’arrêter, à un moment ou à un autre ». Reste à apprendre à vivre avec le Covid 19.

Covid-19 : plus de morts en octobre et novembre

Ces dernières semaines, le nombre de cas de personnes atteintes du Covid-19 était à la hausse en Europe. Jeudi 10 septembre, le ministère de la Santé dénombrait 30.813 personnes décédées en France, 88.742 personnes rentrées à domicile, 5.096 hospitalisations et 615 patients en réanimation. Depuis le 12 septembre, 42 départements sont classés en zone de circulation active du virus (ZCA).

Ces chiffres concordent avec les propos de Hans Kluge, le directeur de la branche européenne de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Selon ce médecin généraliste, la situation « va devenir plus dur. En octobre, en novembre, on va voir une mortalité plus élevée », lit-on dans la presse.

L’OMS s’interroge sur l’efficacité du vaccin contre le Covid-19

« On est à un moment où les pays n’ont pas envie d’entendre ce genre de mauvaises nouvelles, et je comprends », a concédé Hans Kluge. Les 14 et 15 septembre, une cinquantaine d’États-membres doivent se réunir pour faire le point et se mettre d’accord sur la stratégie quinquennale à adopter face à la pandémie de Covid-19.  

Le directeur de la branche européenne de l’OMS a néanmoins assuré que la pandémie allait « s’arrêter, à un moment ou à un autre ». Il a aussi parlé du vaccin que plusieurs laboratoires sont en train de mettre au point : « Nous ne savons même pas si le vaccin va être efficace dans toutes les parties de la population. Certains signes que nous recevons est qu’il sera efficace pour certains mais pas pour d’autres ». Tout compte fait, « la fin de cette pandémie, ce sera au moment où, en tant que communauté, nous aurons appris à vivre avec cette pandémie. Et ça, ça dépend de nous », a affirmé Hans Kluge.