Confinement : la vente de sextoys explose

40 %
La marque Womanizer a vu ses ventes augmentées de 40% entre le 1er
janvier et le 6 mars.

Un secteur ne connaît pas la crise en cette période de Coronavirus, c’est la vente de sextoys à distance. L’entreprise Womanizer a vu ses ventes de bondir de 40% en France voire 130% pour le Canada  

Lutter contre l'ennui du confinement

A chacun sa façon de s’occuper pendant le confinement imposé par le président de la République pour endiguer la propagation du Covid-19. Depuis le début de l'épidémie, les ventes de sextoys ont considérablement augmenté en France. C’est en tout cas le constat que fait l’entreprise Womanizer qui commercialise une gamme de stimulateurs clitoridiens. La marque a annoncé un bond des ventes de plus 50% par rapport à ses prévisions pour 2020. Dans le détail, celles-ci ont augmenté de 40% en France entre le 1er janvier et le 6 mars 2020. 

Cette hausse de ventes de jouets pour adultes ne se limite pas à l’Hexagone, mais concerne également les pays du monde entier, et plus précisément les grands foyers de propagation du virus. Les commandes ont augmenté aux États-Unis de 75%, de 71% à Honk-Kong et 60% en l’Italie. Mais les champions du monde sont pour le moment les Canadiens avec une hausse de 130%... 

Sans contact 

Même pour l’entreprise suédoise de jouets érotique Lelo. Ces ventes auraient fortement évolué comparé à l'an dernier. « Nous avons constaté une augmentation progressive des ventes sur Lelo.com comparé à l’an passé avec une accélération ces derniers jours suite aux mesures de confinements en Italie, Espagne, France… » explique Quentin Bentz, manager France Lelo au site 24matin.fr.

Les produits les plus en vendus sont télécommandés, ce qui ne semble pas être un hasard. Les contacts doivent en effet être limités en cette période épidémique. Une sacrée aubaine pour la marque puisque les produits sont toutefois vendus entre 100 et 250 euros.

Même si le Covid-19 n’est pas considéré comme une infection sexuellement transmissible, le sexe n’est pas recommandé selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il n’est donc pas étonnant que les alternatives aient le vent en poupe. En parallèle, de nombreux sites pornographiques font des offres promotionnelles en cette période de crise, à l'image du célèbre site français Jacquie et Michel ou du géant Pornhub.

Ludivine Canard

Ludivine Canard est étudiante en école de journalisme à Paris. Elle a été stagiaire pour le Figaro économie et planet.fr. 

Suivez-la sur Twitter : @CanardLudivine