La Commission européenne enquête sur les pratiques anticoncurrentielles de Google

220 millions €
Google a été condamné en France à payer une amende de 220 millions
d'euros pour pratiques anticoncurrentielles.

La Commission européenne vient d’ouvrir une enquête sur les pratiques commerciales de Google sur le marché de la publicité en ligne.

Google accusé de favoriser ses services de gestion de publicités en ligne

La Commission européenne fait suite à plusieurs plaintes déposées contre Google pour pratiques anticoncurrentielles dans les technologies d’affichage publicitaires en ligne. Le géant américain est accusé de favoriser ses services de gestion des publicités sur internet.

Google « est présent à presque tous les niveaux de la chaîne de fourniture en ce qui concerne l'affichage publicitaire en ligne. Nous craignons (qu'il) n'ait rendu l'exercice d'une concurrence (...) plus difficile pour les services (...) concurrents », a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué.  

Google déjà condamné en France pour abus de position dominante

L’enquête ouverte à Bruxelles portera sur les obligations dictées par Google à utiliser ses services publicitaires, des restrictions vis-a-vis de plusieurs acteurs pour accéder à des données publicitaires, ainsi que la mise en place par le géant des Gafam de projets qui ne feraient que renforcer son hégémonie dans le domaine de la publicité.

Cette enquête suit de près une condamnation du géant américain par la France pour les mêmes faits. L’entreprise a été condamnée à payer 220 millions d’euros d’amende pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché publicitaire. Google, qui avait accepté la décision, s’était mis d’accord avec l’Autorité de la concurrence pour proposer un certain nombre de solutions visant à améliorer le secteur de la publicité en ligne.