La Chine renonce définitivement à la politique de l'enfant unique

24 %
Entre 2019 et 2020, la natalité a baissé de 24% à Pékin.

Face au vieillissement de sa population, le gouvernement chinois a pris la décision d'autoriser les familles à avoir un troisième enfant, tournant définitivement le dos à la politique de l'enfant unique.

Une population chinoise vieillissante

Alors que le taux de natalité de la Chine est au plus bas depuis 1949, le régime de Pékin a décidé de tourner définitivement le dos à la politique de l'enfant unique, en donnant le droit aux familles d'avoir trois enfants. Après une réunion du Politburo, lundi 31 mai 2021, le président Xi Jinping a annoncé par voie de communiqué : « Un couple est autorisé à avoir trois enfants ».

La mesure prise pour « répondre activement au vieillissement » de la population a également pour but de maintenir « les avantages de ressources humaines de notre pays ». En effet, le vieillissement de la population chinoise affecte les usines du pays qui progressivement commencent à manquer de main d'oeuvre.

La politique de l'enfant unique prise en 1979 s'éteint donc définitivement. Après un premier assouplissement de la règle en 2016, autorisant les couples à avoir un second enfant, cette seconde hausse de la planification familiale enterre totalement la politique de 1979.

Une politique difficile à mettre en oeuvre

Cependant, cet assouplissement, tout comme le premier, ne risque pas de montrer des effets rapidement. En effet, malgré l'autorisation d'avoir un second enfant, le nombre de naissances à Pékin a chuté de 24% entre 2019 et 2020. En cause, la « grève du mariage » des jeunes Chinois qui préfèrent profiter des joies des villes et métropoles en plein essor.

« Il faut améliorer le congé maternité et le système d'assurance, renforcer les politiques de soutien fiscal et de logement aux familles », estime le Politburo qui annonce travailler sur cette réforme pour permettre aux familles d'avoir plus d'enfants sereinement.

Autre problème, l'hyper compétitivité du pays dans lequel des parents dépensent une fortune pour payer des écoles privées à leurs enfants. Le problème est donc purement financier puisqu'en Chine, avoir un enfant coûte extrêmement cher. Cependant, pour certains, cette mesure est une très bonne nouvelle. Sur la messagerie Weibo, on peut lire un message vu plus de deux milliards de fois : « Super ! Mon troisième enfant est légitimé ! Je n'osais pas sortir avec lui ».