La Banque de France teste une nouvelle cryptomonnaie sur les titres cotés

2.400
Fin 2019, on dénombrait plus de 2.400 cryptomonnaies sur le site
coinmarketcap.

La Banque de France a choisi d'effectuer sa nouvelle expérimentation de monnaie numérique dans le secteur du règlement de titres cotés, le 18 juin 2021. Cette dernière s’est révélée être un succès.

Expérimentation de monnaie numérique faite dans le cadre d'un projet plus vaste

La Banque de France a réalisé « avec succès » une expérimentation d’usage de monnaie numérique, le vendredi 18 juin 2021, pour acheter des titres cotés. L’institution monétaire a précisé dans un communiqué que cette opération s’inscrit dans le cadre d’un programme plus vaste lancé en mars 2020.

L’opération consistait à utiliser de la monnaie numérique de banque centrale pour simuler le règlement de titres cotés et déclencher leur livraison dans la plateforme européenne de gestion des transactions financières. En pratique, « la Banque de France a simulé l’émission de jetons de monnaie numérique de banque centrale sur une Blockchain publique, en préservant le contrôle et la confidentialité des transactions, sur la base du développement et du déploiement » d’un contrat numérique dédié.

Les banques centrales planchent sur une cryptomonnaie européenne 

« Cette expérimentation a permis de démontrer les possibilités d'interactions entre les infrastructures conventionnelles et les infrastructures distribuées et ouvre la voie à d'autres alliances dans l'objectif de bénéficier des opportunités offertes par les actifs financiers dans un environnement blockchain », s'est félicitée Nathalie Aufauvre, directrice générale de la stabilité financière et des opérations, citée dans le communiqué.

Plusieurs banques centrales ont émis l’hypothèse de pouvoir payer à partir de monnaie numérique dans des zones transfrontalières et pourquoi pas mettre en place une monnaie numérique européenne. La Banque Centrale Européenne doit décider cet été si elle se lance ou non dans la création d’un euro numérique, dont l’un des enjeux sera de respecter la protection des données et la vie privée des citoyens.