Covid-19 : +27% de nouveaux cas en France en une semaine

54 %
54% des nouveaux cas positifs de Covid-19 en France sont
asymptomatiques.

Va-t-on avoir une deuxième vague de Covid-19, fortement crainte par les autorités sanitaire et qui serait catastrophique pour une économie mondiale déjà durement touchée ? La question se pose de plus en plus. Surtout lorsqu’on remarque que le nombre de cas quotidiens a franchi un nouveau record dans le monde et ne cesse d’augmenter.

La Covid-19 bat record sur record

Cette fin de mois de juillet 2020 montre bien que l’épidémie de coronavirus Sars-CoV-2, responsable de la Covid-19, est loin d’être terminée. Au contraire : comme le répète sans cesse l’OMS depuis des semaines, l’épidémie accélère.

Au niveau mondial, au 24 juillet 2020, on compte 15,45 millions de cas confirmés selon l’université John Hopkins et sa carte qui fait office de référence. Les États-Unis restent le pays le plus touché, ayant dépassé à eux seul les 4 millions de cas (144.242 décès), suivis du Brésil (2,3 millions de cas et 84.000 décès) et de l’Inde (1,24 million de cas et 29,900 décès). Au total, l’épidémie aura tué, depuis le début, 632.173 personnes

Le 22 juillet 2020, de plus, un nouveau record a été battu : celui du nombre de nouveaux cas confirmés en 24 heures. Dans le monde, 280.000 personnes ont été testées positives à la Covid-19, plus de 3 fois plus que la moyenne du mois d’avril qui s’établit à environ 80.000 cas par jour.

Avec, toujours selon l’université John Hopkins au 22 juillet 2020, uniquement 8,76 millions de cas considérés comme guéris, près de la moitié des cas mondiaux sont encore actifs.

En France aussi, l’épidémie accélère

La situation mondiale n’est pas différente lorsqu’on regarde l’épidémie de Covid-19 en France. Selon le point épidémiologique de Santé Publique France du 23 juillet 2020, on note que tous les paramètres sont en augmentation. Et ce alors que le 22 juillet 2020, plus de 1.000 nouveaux cas en 24 heures ont été confirmés en France.

Ainsi, Santé Publique France note une augmentation de l’incidence des cas (+27% entre les semaines 28 et 29) bien supérieure à l’augmentation du nombre de dépistages (+3%) : l’augmentation de l’incidence ne peut donc pas être exclusivement liée à l’augmentation du nombre de tests.

La Mayenne reste le département le plus touché en vulnérabilité élevée, tandis que le Finistère, la Gironde et les Vosges sont placés en vigilance modérée. Au total, Dom-Tom compris, Santé publique France fait état de 7 départements ayant un taux d’incidence de 10 cas pour 100.000 habitant en semaine 29.

Ainsi, entre le 13 et le 19 juillet 2020 (semaine 29), 4.397 nouveaux cas ont été décelés en France, contre 3.910 la semaine précédente, ce qui porte le taux national d’incidence à 6,6 cas pour 100.000 habitants, contre 5,8 cas/100.000 habitants en semaine 28, tous départements confondus.

En France métropolitaine, la tendance est similaire : 3.589 cas confirmés en une semaine entre le 13 et le 19 juillet 2020, en hausse de 27% sur une semaine.


Santé Digest

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio