Covid-19 : une femme infectée qui allaite sécrète des anticorps à son bébé

10 mois
Le lait d'une mère infestée par le Covid-19 sécrète des anticorps
jusqu'à 10 mois.

Des chercheurs américains ont découvert que le lait maternel produit par une femme qui a été infectée par le Covid-19 sécrèterait des anticorps jusqu’à 10 mois.

Covid-19 : des anticorps dans le lait maternel

Les bienfaits de l’allaitement maternel sur le bébé ne sont plus à prouver. Si l’OMS « recommande de poursuivre l’allaitement autant que possible même si la maman est positive au COVID-19 » une nouvelle étude relayée par The Guardian le 27 septembre 2021, affirme que les mamans qui allaitent alors qu’elles ont été vaccinées ou positives au Covid-19 transmettent des anticorps à leur enfant.

Les anticorps présents dans le lait et qui neutralisent le virus seraient différents des anticorps de type immunoglobuline G (IgG) qui prédominent dans le sang et sont déclenchés par la vaccination. Il s’agirait d’anticorps de type immunoglobuline A sécrétoire (IgA). Ils adhèreraient à la paroi des voies respiratoires et intestinales des bébés et contribueraient ainsi à empêcher les virus et les bactéries de pénétrer dans leur organisme.

Continuer à allaiter pour protéger son bébé du Covid-19

Pour effectuer leur étude, les scientifiques ont prélevé des échantillons de lait maternel auprès de 75 femmes qui s'étaient rétablies du Covid-19. Ils ont alors constaté que 88 % contenaient des anticorps IgA. Dans la plupart des cas, ceux-ci étaient capables de neutraliser le Sars-CoV-2, ce qui signifie qu'ils pouvaient bloquer l'infection. D’autres tests révèlent que ces femmes ont continué à sécréter ces anticorps jusqu'à 10 mois.

Les scientifiques encouragent donc les mamans à continuer l’allaitement afin d’apporter des anticorps contre le Covid-19 à leur bébé. Ils suggèrent aussi que les anticorps IgA extraits du lait maternel puissent être utilisés afin de soigner des adultes atteints de Covid-19 sévère.