Les vignerons font retirer une campagne de prévention sur l'alcool au volant

30 %
Selon la Sécurité routière, 30% des décès sur les routes sont liés à
l'alcool.

Décidément, comme l'a dit Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, début 2019, « le vin n'est pas un alcool comme les autres ». Une dernière preuve de cette vision du vin, décriée par les médecins et les addictologues, est venue de Loire-Atlantique où des vignerons ont réussi à obtenir le retrait et le changement d'une campagne visant à sensibiliser sur l'alcool au volant.

Quand le lobby de l'alcool lutte contre la Sécurité routière

Les panneaux imaginés par le Conseil départemental de Loire-Atlantique, explique l'Hebdo de Sèvre-et-Marne qui révèle l'information le 17 septembre 2020, montraient un verre de vin dans un triangle « danger », puis un symbole « = » et enfin une voiture accidentées dans un triangle « danger ». Le tout sous forme de pictogrammes façon Code de la route, donc pas une image aussi choquante que celles des campagnes de la Sécurité routière. Mais les vignerons s'en sont offusqués.

Selon eux, la campagne de prévention était « stigmatisante ». Christian Gauthier, président de la Fédération des vins de Nantes interrogé par Ouest France explique que « ça nous a agacés de voir ce visuel qui associe un verre à vin à un accident ». Il ajoute : « d'autant plus que ce pictogramme est inadapté au vu du cadre légal, qui fixe la limite autorisée à 0,5 mg d'alcool par litre de sang, ce qui autorise deux verres de vin ».

L'alcool est une des principales causes des accidents sur la route

La campagne publicitaire ne visait pas uniquement le vin : le téléphone au volant ou encore la vitesse excessive étaient également représentés sur d'autres panneaux. Le Conseil départemental de Loire-Atlantique a investi en effet près de 59.000 euros dans cette campagne de prévention.

L'affaire n'a pas manqué de créer quelques conflits : certaines personnes ont jugé que le retrait des panneaux de la part du Conseil départemental était une très mauvaise idée, surtout que seuls ceux représentant le verre de vin seront retoqués.

Et ce alors que l'alcool au volant est la cause de 30% des décès sur les routes de France selon la Sécurité routière.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio