Coronavirus : l'Italie voit-elle le bout du tunnel ?

8,5 %
Le taux de mortalité du covid-19 est de 8,5% en Italie

Les chiffres du coronavirus en Italie font froid dans le dos, avec près de 5.500 personnes décédées. Mais les autorités sanitaires italiennes notent toutefois une timide baisse de personnes contaminées et des victimes. Une éclaircie dans la pénombre.


Italie : foyer de l’épidémie


Parti de Chine début janvier, l’épidémie de Covid-19 n’a pas épargnée l’Europe et plus particulièrement l’Italie. C’est de loin le pays le plus touché par le coronavirus avec près de 5.500 personnes en un mois. Ces dernières 24 heures, 651 personnes sont décédées dans la péninsule. Un chiffre très élevé, mais en baisse notable par rapport au record de la veille, avec 793 victimes.

« Les chiffres annoncés aujourd’hui sont moindres que ceux d’hier. J’espère et nous espérons tous que ces chiffres pourront être confirmés dans les jours qui viennent », a dit le patron de la protection civile, Angelo Borrelli. Ces résultats représentent une lueur d’espoir pour l’Italie où le nombre de décès a désormais dépassé celui de la Chine, qui s'établit désormais à 3.153. 


Espoir en Lombardie et à Codogno

Une lueur d'espoir en Lombardie, la région de Milan, très cruellement touchée, puisque 3.456 personnes y sont décédées. Mais la hausse des cas positifs a ralenti de moitié, "seulement " 1.691 cas dimanche contre 3.251 la veille. « Ce sont des chiffres qui sont comme d’habitude en clair-obscur. Mais aujourd’hui ils sont plus clairs qu’obscurs, même si nous ne crions pas victoire », a déclaré le responsable de la Santé de la région lombarde, Giulio Gallera. 

Autre « bonne nouvelle », la ville Codogno, au sud de Milan aurait réussi à inverser la tendance. Aucun nouveau cas n’a été enregistré dans la ville. “Codogno est un vrai symbole de la bataille gagnée contre cet ennemi invisible qui nous a attaqué du matin au soir”, a déclaré Francesco Passerini, le maire de la ville. Il se dit fier de sa ville qui est le premier endroit de l’épicentre de l’épidémie en Italie à avoir vaincu le coronavirus. Preuve que la politique de confinement est toujours efficace pour stopper la propagation de la maladie. 

Face à ses chiffres astronomiques, l’Allemagne enregistre très peu de décès, seulement 94 avec près de 24.500 cas de contaminations. Est-ce le fruit d’une campagne de dépistage massive ou le pic épidémique n’est-il pas encore atteint ? La chancelière allemande, Angela Merkel a été hier diagnostiquée positive au Covid-19 et a été placée en quarantaine. 

 

Ludivine Canard

Ludivine Canard est étudiante en école de journalisme à Paris. Elle a été stagiaire pour le Figaro économie et planet.fr. 

Suivez-la sur Twitter : @CanardLudivine