9 millions de personnes sont mortes de la pollution en 2015

6,5
La pollution de l'air a fait 6,5 millions de morts en 2015

La pollution aurait fait 6,5 millions de morts en 2015. Un rapport publié dans la revue The Lancet s’alarme de ce bilan qui accable particulièrement les pays en voie de développement.

6,5 millions de morts à cause de la pollution de l’air

Le nombre de morts liés à la pollution augmente chaque année. 2015 ne fait pas exception et, selon un rapport publié par un collectif composé d’ONG, d’organismes scientifiques et de chercheurs spécialisés dans l’environnement, toutes les formes de pollution auraient provoqué la mort de 9 millions de personnes.

La pollution de l’air est bien entendu la plus mortelle et elle aurait provoqué la mort de 6,5 millions de personnes en 2015. La pollution de l’eau arrive en deuxième position et serait à l’origine d’1,8 million de décès tandis que l’exposition à des substances toxiques aurait fait 800 000 morts.

Un décès sur quatre est lié à la pollution dans les pays pauvres

« La pollution est le premier facteur de maladies et de décès prématurés dans le monde aujourd’hui », estiment, en préambule, les auteurs de ce rapport. La pollution engendre actuellement « trois fois plus de décès que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis et fait 15 fois plus de morts que toutes les guerres ou autres formes de violences dans le monde ».

Parmi les maux engendrés par toutes les formes de pollution, le rapport cite de nombreuses maladies non transmissibles comme les AVC, le cancer du poumon ou de multiples maladies des bronches mais aussi des maladies gastro-intestinales et des infections liées à des parasites lorsque l’origine est liée à la pollution de l’eau. Dans tous les cas, cette pollution fait beaucoup plus de morts dans les pays en voie de développement qu’ailleurs, et dans leur rapport, les chercheurs s’alarment de ce bilan très lourd pour des pays plus fragiles. Lorsque la pollution est à l’origine d’un décès sur six dans les pays développés, elle est responsable d’une mort sur quatre dans les pays en développement.

Sybille de Larocque

Sybille de Larocque a été journaliste plusieurs années à JolPress avant de rejoindre les équipes d'EconomieMatin.