Le permis de tuer de la drogue et le relou du ministère de l'Intérieur. Le 18h du 19 avril 2021 de PolitiqueMatin.fr

Le porte-parole du gouvernement ne souhaite pas que "la drogue puisse
être un permis de tuer "

Le permis de tuer de la drogue et le relou du ministère de l'Intérieur. Retour sur l'actualité politique du lundi 19 avril 2021.

Gabriel Attal : « La drogue ne peut pas être un permis de tuer »

Les réactions s'enchaînent après la confirmation d'irresponsabilité du meurtrier de la sexagénaire juive Sarah Halimi par la Cour de cassation. La Cour a estimé que le fait de consommer des stupéfiants avait altéré un peu plus la perception du tueur qui était déjà, du fait de son état psychiatrique et psychologique diminué dans son discernement. Une décision qui reste en travers de la gorge pour beaucoup. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a estimé que « la drogue ne peut pas être un permis de tuer ».

Pour Gabriel Attal, « il faut changer la loi puisque la loi ne convient pas ». « Si vous commettez un crime odieux après avoir pris des stupéfiants, et qu'après on vous dit que parce que vous avez pris des stupéfiants, vous ne serez pas jugé, c'est totalement inacceptable pour les Français » estime-t-il faisant écho aux propos d'Emmanuel Macron qui a demandé au ministre de la Justice de réfléchir à une évolution de la loi.

Julien Bayou pointe du doigt le « relou » du ministère de l'Intérieur

Alors que Marlène Schiappa a dévoilé son projet de « quartier sans relou » visant à faire diminuer drastiquement le harcèlement de rue, le leader d'Europe Ecologie les Verts a émis la suggestion de commencer le travail par le ministère de l'Intérieur.

Invité dimanche 18 avril du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Julien Bayou s'est dit en faveur de ce projet de « quartier sans relou » mais a ajouté « à commencer par Beauvau où on a un relou, un ministre de l'Intérieur qui a tenté d'abuser de la faiblesse des femmes » faisant ainsi écho aux accusations qui sont portées à l'encontre de l'actuel ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Emmanuel Macron reconnaît une erreur avec la taxe sur le carburant

Dans un entretien exclusif accordé à la chaîne américaine CBS, le président de la République est revenu sur sa décision de taxer le carburant qui avait entraîné l'apparition du mouvement des Gilets jaunes en 2018. Emmanuel Macron a admis que ce choix avait été « une erreur » vis-à-vis de la « classe moyenne », puisqu'il avait sous-estimé l'impact économique sur cette dernière.

Pour Emmanuel Macron, le chemin de la transition écologique doit être accompagné par l'Etat qui doit « accepter d'investir de l'argent public pendant plusieurs années » afin de permettre des avancées sans accroître les inégalités sociales.

Le maire LR de Metz mis en examen pour « détournements de fonds publics »

François Grosdidier, actuel maire LR de Metz a été mis en examen lundi 19 avril 2021 pour des faits de «détournement de fonds publics » et de « prise illégale d'intérêt » ayant eu lieu lorsqu'il était maire de Woippy et député de la Moselle. L'information a été donnée par le journal le Républicain Lorrain.

Les faits remontent à 2013, Philippe Mousnier accusait alors François Grosdidier d'utiliser sa réserve parlementaire pour financer son association Valeur Ecologie. Un non-lieu avait été prononcé en 2017. Après un recours auprès de la Cour de cassation qui a décidé de casser la décision de non-lieu, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Nancy a décidé de mettre en examen François Grosdidier.